Image default

Ce qu’il faut savoir sur un couteau papillon

Décrit comme étant un outil tranchant pliant et ayant une forme particulière, le couteau papillon ou « fan knife », en anglais, est un objet captivant et mythique. Il a une lame tranchante sur laquelle deux branches mobiles sont accrochées à l’aide de petits axes. Son mode de fonctionnement est simple, la lame se libère lorsque les branches se joignent vers le bas pour former le manche. Dans le sens contraire, elles enveloppent la lame lorsqu’elles se replient vers le haut.

Le loquet qui sert de verrouillage, qu’il soit en position ouverte ou fermée, peut être pivotant ou à ressort. On l’appelle latch ou T-lachde par sa forme en T. Concernant la forme de pliage indescriptible du couteau papillon, elle sert comme protection pour celui ou celle qui le transporte à ne pas être blessé par la lame, car il peut se mettre en poche ou dans un sac. Rien qu’avec une main, les « flippers » peuvent manier le couteau papillon en y effectuant des enchainements de figures d’ouvertures et de fermetures ainsi que de lancers et des rotations. Ces enchainements sont appelés « flippers ».

La fameuse histoire du couteau papillon

On dit que les figures manuelles effectuées avec un couteau papillon ont puisé leur origine dans les arts martiaux traditionnels philippins, celui du Kali Arnis. Il mélange dans ses techniques de combat la manipulation du couteau papillon qu’on appelle balisong en tagalog. Mais cette origine philippine ne met pas tout le monde d’accord, il y a ceux qui croient que son origine européenne a donné son nom de « Cuchillo de balé », une appellation hispano-tagal, après la colonisation espagnole. Il y a d’autres aussi qui sont convaincus que le couteau papillon est apparu en Hong Kong.

Ces oppositions n’ont heureusement pas eu de conséquence négative à l’exportation du couteau papillon à travers le monde. Actuellement, des communautés regroupent de nombreux passionnés et professionnels du spectacle partout dans le monde qui manipulent le Butterfly au milieu des représentations à la fois dangereuses, mais aussi spectaculaires. On dit qu’on n’est pas né flipper et que pour le devenir, il faut de l’agilité, plus de force et de pratique répétitive et à longue durée.

Le couteau papillon d’entraînement

Tout le monde n’est pas passionné d’arts martiaux, mais la plupart des gens sont attirés par les tricks au balisong des grandes stars de cinéma d’action comme Jeff Imada, Talila Craig, ou Eddie Fernandez ou encore Tony Ferrer… Vous aussi, vous voulez réussir à bien manier le couteau papillon comme ces légendes ? La solution n’est nulle autre que de s’exercer et avoir beaucoup de déterminations.

Lorsqu’on débute la manipulation du balisong, les accidents peuvent être nombreux. Heureusement, un couteau papillon dit d’entraînement a été crée pour être utilisé lors des exercices et qui permet d’éviter de graves blessures. Ayant la même conception et forme qu’un Butterfly tranchant, la différence est qu’il dispose d’une lame non affûtée et d’une pointe arrondie. Cela est fait pour faciliter l’apprentissage des bons gestes sans risque.

Autres articles à lire

Choisir une chaudière : les éléments à prendre en compte

Tamby

Pourquoi se développer personnellement ?

Irene

La responsabilité civile en tête des risques des entreprises

sophie

Bien choisir son e-liquide pour sa cigarette électronique !

Tamby

Comment choisir une arbalète

Irene

Cérémonie d’obsèques : l’importance du discours d’hommage

Odile