Image default

Quand l’écologie fait l’objet de la dérision des humoristes

On ne rigole pas de l’importance et de l’enjeu de l’écologie. Mais il faut dire que certains humoristes ont frappé fort en décrivant et critiquant la politique de protection de l’environnement du gouvernement. Il s’agit là certes d’une problématique cruciale, notamment pour l’avenir du monde, mais l’approche utilisée pour la résoudre faite bien l’objet des dérisions des humoristes. Le point.

 

Pas de message impactant

Odar et Dakoh, les nouvelles stars des scènes françaises, commencent par parler des messages de sensibilisations qui laissent dubitatif. Selon ces derniers, il faudrait trouver des messages plus aguicheurs et qui touchent plus les personnes que l’argument de « l’avenir du monde ». Dans une société qui tend de plus en plus vers un chacun pour soi, dire que l’exploitation des ressources finira par une disparition de la planète d’ici 100 ans n’a rien de percutant. Et ils n’ont pas tort.

Les générations actuelles se préoccupent plus de leur sort que de celle des générations futures. C’est notamment un détail que les proverts doivent prendre en compte dans leurs prochaines campagnes.

 

Un peu trop d’implication

Gad Elmaleh, quant à lui, le chouchou des Marocains, des Français et des Belges, voire des scènes de tout le monde entier, a tiré la sonnette d’alarme lors de l’anniversaire de ses 20 ans sur scène. Il tourne à la dérision l’implication à outrance de certaine personne, qui au lieu de sensibiliser, culpabilise. Avec des sketchs comme « les vélos à Paris », « les ours polaires », « les mails » : l’humoriste fait passer un message pour le moins important. C’est bien beau de montrer l’exemple, mais il faut aussi laisser chacun prendre sa propre décision. En outre, il est vrai que chaque concept adopté en faveur de l’écologie est bancal en Belgique. Par exemple, le message « avant d’imprimer, pensez à l’environnement » dans les mails, ne convainc pas grand monde. Ce n’est pas précis, et pas suivi d’une bonne règlementation. D’autant plus qu’aucune solution de rechange n’est proposée aux particuliers qui ont besoin de document physique. Ce qui fait qu’ils impriment tout de même.

 

Comment participer à votre tour ?

Mais comment participer alors à la protection de l’environnement. Votre expert-comptable Saint-Gilles pourra vous aider à mettre en place une politique de non-gaspillage qui pourrait non seulement faire du bien à votre portefeuille, mais aussi à la planète. Désormais, acheter d’occasion est devenu une tendance tant en Belgique que dans le reste du monde. C’est devenu une nonne manière de s’habiller, de se meubler, et pour bien d’autres choses chose. Et non seulement vous redonnez une seconde vie aux différents accessoires, mais vous pourriez vivre toujours dans le confort.

Depuis peu, l’expert-comptable à Saint-Gilles, Ixelles ou à Uccle insiste également sur l’importance d’éviter les grandes surfaces et leur politique du gaspillage à outrance. Les produits en fin de séries ou qui ne répond pas aux critères de beautés de ces enseignes sont revendus bien moins cher dans de petits commerces de proximité en Belgique : des spécialistes de l’antigaspillage.

Autres articles à lire

Tout savoir l’élagage d’arbre

Tamby

De bons conseils pour améliorer la qualité de vie en ville

Odile

Comment réussir les travaux d’élagage d’arbre?

Tamby

Qu’est-ce qu’on peut mettre dans une benne à gravats

Tamby